Voeu adopté en Conseil Municipal : Solidarité face aux violences dont a été victime Théo !

Jeudi 02 mars 2017, sur proposition de la majorité municipale, a été adopté à l’unanimité un vœu condamnant les violences policières dont a été victime Théo le 02 février dernier à Aulnay Sous Bois.

Le voici :

 

Le 2 février 2017, un jeune homme d’Aulnay-Sous-Bois a été la cible de violences policières caractérisées et d’un viol.

Le Conseil municipal de Bagnolet réuni le 2 mars 2017 condamne sans réserve les violences policières. Parce-que les gardiens de la paix ont pour rôle de protéger leurs concitoyens, parce que l’attitude inacceptable de certains engendre un jugement péjoratif et généralisé de cette profession, face aux violences policières, la justice se doit d’être exemplaire.

Les contrôles répétés, souvent injustifiés, si ce n’est que par stéréotype raciste doivent trouver des instruments de contrôle quand 80% des jeunes hommes à la peau noire ou perçus comme maghrébins ont déjà été contrôlés contre seulement 16% du reste de la population.  Le Conseil Municipal de Bagnolet rappelle son souhait de voir instaurés des récépissés de contrôle d’identité, et de voir être formée une police de proximité, supprimée par le Gouvernement Sarkozy et non réinstaurée par les Gouvernements qui l’ont succédé.

La violence policière n’est pas seulement le problème des banlieues mais celui d’une démocratie qui, si elle tolère cette atteinte aux droits fondamentaux et la violence, met fin à l’Etat de droit.

Les élus de la ville de Bagnolet, caractérisée par ses quartiers populaires, sa diversité migratoire et son militantisme, rappelle ainsi son attachement à une justice transparente et intransigeante,  contre l’impunité judiciaire et les discriminations et exige condamnation, sans relativisme, des policiers ayant fait subir des sévices à Théo. Le Conseil Municipal affirme l’importance d’une réforme structurelle de la police pour que cet événement, devenu médiatique, ne soit pas balayé par un autre.