TRIBUNE DU GROUPE SOCIALISTE ET SOCIÉTÉ CIVILE, BAJO MAG – AVRIL 2018

Dans nos villes populaires de Seine-Saint-Denis, la crise du logement force de trop nombreux ménages dans les griffes des marchands de sommeil.

Des logements, souvent insalubres, sont ainsi loués, très chers, par des individus sans scrupules. De trop nombreux Bagnoletais en sont victime.

Depuis le début du mandat, nous œuvrons à combattre ce fléau à plusieurs niveaux.

D’abord en engageant, notamment avec l’ANRU, la création de près de 1000 nouveaux logements sociaux ou assimilés. Nous voulons ainsi répondre à la forte demande que connaît notre ville.

Ensuite, en luttant contre l’habitat indigne et insalubre, notamment au travers du Programme de requalification des quartiers anciens dégradés (PNRQAD) qui a été engagé sur le quartier des Coutures avec Est Ensemble.

Lors du Conseil municipal du 8 mars 2018, nous avons franchi une nouvelle étape en présentant un dispositif d’expérimentation du « Permis de Louer ».

Le permis de louer permet l’instauration de zones dans lesquelles les bailleurs privés devront déclarer chaque mise en location de leur bien en Mairie.

Nous pourrons alors contrôler si ces logements respectent les conditions, de décence, de salubrité et de sécurité. Si un propriétaire malveillant met en location son bien dans ces conditions sans avoir déposé de déclaration de location, il pourra être amené à payer une amende allant jusqu’à 5000€.

Ce dispositif sera expérimenté pendant six mois sur le quartier des Coutures, qui connaît une forte proportion d’habitat dégradé.

Les résultats de l’expérimentation permettront de mieux connaître l’état du parc locatif et ainsi d’adapter les moyens nécessaires pour lutter efficacement contre les marchands de sommeil à Bagnolet.