LA SEINE-SAINT-DENIS, PRIORITÉ ÉDUCATIVE DU GOUVERNEMENT

La direction académique de l’éducation nationale a dévoilé vendredi dernier la liste des ouvertures et fermetures de classes du 1er degré en Seine-Saint-Denis : nous saluons l’augmentation des moyens prévus par celle-ci. En effet, au total, 503 postes sont créés en prévision de la rentrée 2016, 105 nouvelles classes vont ouvrir, et la brigade des remplacements sera renforcée de 110 postes.

Cette augmentation sans précédent des moyens humains – + 4,5% alors que la démographie scolaire n’augmente que de 1%. – répond à la mobilisation des parlementaires socialistes, des syndicats d’enseignants et des fédérations de parents d’élèves, qui ont su faire entendre les besoins de la Seine-Saint-Denis en matière d’éducation.

Après une rentrée 2015 placée sous le signe de la mise en oeuvre des neuf mesures du plan exceptionnel annoncé en novembre 2014 par la ministre de l’Education nationale, Najat Vallaud-Belkacem, mesures qui avaient notamment permis la création de 240 postes d’enseignants supplémentaires, l’augmentation de 20% du nombre de REP, la scolarisation des enfants de moins de trois ans, le dispositif « plus de maîtres que de classes », la rentrée 2016 s’annonce tout aussi positive pour les enfants, les enseignants et pour l’ensemble des équipes éducatives de Seine-Saint-Denis.

Redonner de la force à notre système éducatif, pour contribuer à l’égalité et offrir une perspective d’avenir à tous les enfants de la Seine-Saint-Denis est une tâche longue et difficile, qui doit mobiliser les énergies dans la durée, parce qu’elle est essentielle.

Alors que la droite, lorsqu’elle était aux responsabilités, avait démantelé le service public d’enseignement dans tout notre département – et au-delà, puisqu’en France, 80.000 postes ont été supprimés entre 2007 et 2012 -, le Président de la République François Hollande, la gauche et les socialistes ont, conformément à leurs engagements pris avec la loi de Refondation de l’Ecole, replacé l’Ecole de la République au coeur des priorités, pour garantir le droit à la réussite de tous les jeunes.

Après les premiers effets ressentis en 2015, nous nous félicitons de constater la volonté de poursuivre dans cette voie en 2016.

Philippe GUGLIELMI, Premier Secrétaire fédéral de la Seine-Saint-Denis

Charlotte SEUTIN, Secrétaire fédérale en charge de l’Education