Intervention d’Emilie Trigo, secrétaire de section lors des voeux du Parti Socialiste de Bagnolet

Après une année 2015 difficile, que ce soit janvier ou novembre en France, que ce soit toute l’année dans le reste du monde et malheureusement encore en ce début 2016, après une année 2015 qui nous a tous meurtris, une année 2015 qui politiquement a vu monter l’extrême-droite dans notre pays et dans nos villes, une année 2015 qui a vu basculer la région Ile de France à droite, et ce malgré le très bon score de Claude Bartolone à Bagnolet et en Seine Saint Denis, une Ile de France à droite, donc, et dont les premières mesures anti-sociales viennent d’être annoncées (suppression des aides au transport pour les étrangers en situation irrégulière, avec une communication montant les franciliens les uns contre les autres), une année 2015 qui s’est clos, enfin, sur la proposition d’inscription dans la Constitution de la déchéance de nationalité pour les binationaux nés français, et j’y reviendrai.

2015, c’est pour Bagnolet plus précisément, une année qui ne nous a pas suffi pour épurer les dettes du mandat précédent sur notre ville, mais c’est aussi une année qui a conforté le Parti Socialiste dans ses résultats électoraux, année qui a vu, pour la première fois, les candidats présentés et soutenus par le Parti Socialistes aux élections départementales arriver en tête sur notre ville. C’est de fait, l’occasion de remercier pour leur présence à nos côtés aujourd’hui, nos deux conseillers départementaux, Corinne Valls et Daniel Guiraud (que j’en profite pour féliciter de son élection comme Vice Président de la nouvelle Métropole du Grand Paris), Tony Di Martino, maire de Bagnolet et perpétuellement aux côtés des socialistes Bagnoletais, Taylan Coskun, conseiller régional, Karamoko Sissoko et Danièle Senez, tous deux vice-présidents du nouvel établissement public territorial Est Ensemble, ainsi que tous les élus municipaux ici présents. Razzy Hammadi, notre député, nous rejoindra plus tard.

Puisque j’en suis à saluer les amis, je me dois d’excuser Philippe Guglielmi, premier secrétaire du Parti Socialiste de Seine Saint Denis qui m’a transmis ses amitiés et regrette de ne pas être là aujourd’hui, et je dois dire le plaisir que j’ai de voir à nos côtés Jacques Champion, du MGC, Jean-Philippe Carlin du PRG, Pierre Sardou et Danièle Senez de Dynamique Citoyenne, Mohamed Djennane du PCF, ainsi que Brahim Akrour et Catherine Denis, élus de la société civile.

Il faut reconnaître que dans l’histoire de Bagnolet, ce rassemblement autour d’un verre de l’amitié et à l’invitation du Parti Socialiste est à noter, preuve, sans aucun doute, que lorsque des valeurs communes à notre engagement à tous sont attaquées, lorsque certains tentent par tous les moyens de diviser les citoyens, en fonction de leurs engagements politiques ou syndicaux, de leurs religions, de leurs origines, de leurs nationalités, ou de leurs bi-nationalités, nous nous devons de nous rassembler et de rester unis pour défendre les valeurs qui fondent notre engagement.

Un mot, un dernier, sur la déchéance de nationalité. A Bagnolet, les socialistes se sont déjà prononcés sur le sujet mais il est important de le rappeler : il y a des valeurs sur lesquelles on ne transige pas. L’égalité en est une. Un français est un français et il est inconcevable d’inscrire dans la Constitution une différence de traitement entre français, et ce en fonction de leurs origines.

A nous, élus de Bagnolet et de Seine Saint Denis, de continuer à nous mobiliser, ensemble, pour faire respecter ces valeurs.

Bref, quelques mots, enfin, pour vous souhaiter une bonne année 2016, à chacun d’entre vous ainsi qu’à vos proches, pour vos projets personnels et professionnels, et pour la défense des valeurs qui vous sont chères, qui nous sont chères !

Bagnolet, le 23 janvier 2016